Littérature Biélorussienne à Paris

La créativité en Biélorussie est d’une très grande diversité et qualité mais est ignorée en France. Et pourtant Virginie Symaniec depuis des années s’attache à la diffuser. Citons sa participation à la traduction de la pièce du « père de la littérature biélarussienne moderne» Ianka Koupala ,« les gens d’ici » ainsi que son rôle de coordinatrice du panorama des écritures théâtrales contemporaines de Biélorussie, « Une moisson en hiver » (édition, L’Espace d’un instant). Mais l’action de Virginie Symaniec est bien plus vaste et méritera un sujet particulier que nous ne tarderons pas à traiter ici.

Disons pour l’heure qu’elle a créé une maison d’édition « Le Ver à soie » qui va permettre d’accentuer la diffusion de textes d’écrivains de Biélorussie souvent inconnus en France, et qui seront des traductions inédites depuis le biélorussien et non pas à partir du filtre de la traduction en russe !

Le vendredi 11 mars au Centre des Récollets était donc donnée l’occasion d’approcher le travail de deux auteurs, Alhierd Bacharevic et Yulya Tsimefeyeva. La rencontre était intitulée « Aventures linguistiques et rencontre littéraire autour de l’auteur Alhierd Bacharevic », lequel terminait un séjour de 3 mois, dans le cadre d’une résidence aux Recollets ; son épouse, Yulya, l’accompagnait.

De Bacharevic étaient lus en avant première quelques extraits d’un roman en cours de traduction par Alena Lapatniova et Viriginie Symaniec avant publication au Ver à soie, de même que des poèmes de Yulya Tsimefeyeva en biélorussien avec leur traduction en anglais.

En même temps le public pouvait visualiser des photos de la poétesse ainsi que celles d’Alexey Andreev, malheureusement absent, et de Jef Bonifacino ; Lumières de l’Est avait publié il y a quelques mois un certain nombre des remarquables clichés de Jef. Il a un site qui informe bien sur son travail (www.jefbonifacino.fr)

La rencontre commença par une réflexion de la part de Virginie Symaniec sur la question de la langue : le biélorussien est-il une langue ?…Mais qu’est-ce qu’une langue ? Ensuite elle insista sur le fait que la Biélorussie est un territoire où peuvent se croiser dans une conversation à tout le moins du russe et du biélorussien, sachant que dans les années 1920 il y avait 4 langues officielles : biélorussien, russe, yiddish et polonais !

Ces propos servirent d’introduction à la présentation proprement dite du livre « les enfants d’Alindarka » par son auteur, Alhierd Bacharevic, qui par ailleurs en lu quelques passages suivis de leur traduction lue par Virginie Symaniec. Il qualifia son roman de « conte », ce qui paraît assez évident compte tenu de l’histoire : un père, authentique fanatique de la langue biélorussienne, l’inculque à ses enfants, qui apparaissent comme de véritables esclaves de leur père quant à la manière dont ils doivent parler. Mais il y a un docteur qui estime que l’on peut guérir de ce qu’il estime être la maladie de la langue….Nous n’en saurons pas plus, ce qui nous rend impatient de lire l’intégralité de ce« conte » corrosif à n’en pas douter. Mais ce que l’on peut retenir de particulièrement intéressant dans la présentation, c’est l’aveu de l’extrême difficulté à laquelle les traducteurs se sont trouvés confrontés, à savoir, comment rendre compte en langue française des différentes langues qui traversent l’histoire : le biélorussien de « tous les jours », le biélorussien littéraire, le russe parlé par les biélorussianophones, le biélorussien parlé par les russophones…..

Bref une équation délicate à résoudre, d’autant plus qu’il n’est pas question de laisser apparaître une quelconque hiérarchie entre les langues….Nous sommes vraiment avec cet ouvrage au cœur « d’aventures linguistiques » !

Afin d’être informé des activités du Ver à soie, dont les collections sont extrêmement soignées, agréables à tenir entre les mains et d’une typographie aérée et séduisante pour les yeux, rien de tel que d’aller sur le site www.leverasoie.com.

Clichés à suivre: Virginie Symaniec; Alrhied Bacharevic; Yulya Tsimefeveva.

Virginie SymaniecAlhierd BacharevicYulya Tsimefeveva

This entry was posted in Belarus. Bookmark the permalink.

Comments are closed.