Guillaume Clayssen confirme son talent de cinéaste avec « l’âme sort »

On sait que Guillaume Clayssen conduit depuis quelques années une démarche originale aussi bien dans le domaine de la mise en scène de théâtre que de la mise en scène de films.

On perçoit à l’occasion de chaque présentation de son travail aussi bien sa grande culture philosophique que sa connaissance pointue des modes d’expression de notre temps.

C’est en tout cas ce qui ressort de la vision de son tout récent court métrage l’âme sort, qui se réfère explicitement à la légende du Golem, mais aussi aux Parques, sans que cela ce soit pesant ou démonstratif.

Il est aidé en cela par une maîtrise de la caméra qui n’est pas sans rappeler celle d’illustres prédécesseurs de la Nouvelle Vague ; on a une caméra légère, des plans variés à bon escient : ainsi peut on être au plus près des visages ou bien suivre l’errance précipitée parmi les êtres humains du « héros » à la recherche de son âme qui l’a quitté.

La fin est une surprise, mais qui donne tout son sens à ce court métrage ; nous n’en dirons pas plus, laissanr les spectateurs, que nous espérons nombreux, découvrir comment l’âme rejoint son habitacle.

Gilles Ribardière

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.