Linda Bournane Engelberth: regard sur la Lettonie

(English translation below)

La Fondation Calouste Gulbenkian à Paris offre au visiteur de remarquables expositions de photos. La dernière, qui s’est terminée juste avant les fêtes de fin d’année donnait à voir une sélection du travail de photographes sur le thème du « Nouveau Social ».

Ce travail est effectué dans le cadre du projet « European Photo Exhibition Award » (EPEA).

Il s’agissait pour les photographes de donner leur vision des transformations des sociétés en Europe, avec les traumatismes qu’elles peuvent susciter, les cassures dans la société.

Parmi les sociétés observées, celle de la Lettonie l’a été avec beaucoup d’aucuité par Linda Bournane Engelberth.

Née à Oslo en 1977, elle a produit plusieurs séries qui témoignent de son regard impitoyable sur les manques de l’Europe pour réduire les inégalités, pour répondre aux aspirations de la jeunesse. Mais il n’y a pas de misérabilisme. Regardez ainsi sa série sur les Roms de Roumanie qui chechent « fortune » à Oslo (série You can call me a gipsy if you want to sur son site www.lindabournane.com)..

La série qui était exposée en partie au Centre Calouste Gulbekian avait pour titre : Things come apart.

Avec l’autorisation de l’artiste quelques images sont reproduites ici, ce dont je la remercie chaleureusement.Il y a cette jeune femme devant une modeste batisse en bois dont le regard traduit à la fois inquiétude, interrogation mais aussi quelque chose de volontaire, déterminé, photo très représentative de la thématique de l’exposition et qui figure en couverture du catalogue.

On peut être aussi frappé par la photo de ces deux jeunes, hilares. Rien de plus naturel que leur attitude, en un lieu sans séduction, l’inévitable bouteille de bière à la main ; mais cette image montre mieux que n’importe quel discours la situation d’une grande partie de la jeunesse, pas seulement en Lettonie, mais dans toute l’Europe (voir au-delà).Il y a aussi ce quai de gare qui aurait pu être photographié à l’époque soviétique et qui témoigne d’un passé pas si lointain alors même que la Lettonie est aujourd’hui partie intégrante de l’Union Européenne.Il y aussi cette image d’intimité d’une jeune femme qui à la fois semble résignée devant un horizon commun à tous les grands ensembles, mais qui goûte aussi un bien être suite à sa douche. Le regard de Linda Bournane Engelberth sur cette scène est plein de respect pour la personne, ce qui est du reste une constante dans son travail.

On peut souhaiter de sa part d’autres images de la Lettonie tant elle en comprend l’évolution, tant elle parvient à nous faire partager  sa sympathie à l’égard des personnes qu’elle photographie.

Gilles Ribardière.

English text

The Calouste Gulbenkian Foundation in Paris proposes outstanding exhibitions. The previous one, took place at the end of last year, and was devoted to the theme « the new social ». It was part of the project « European Photo Exhibition Award » (EPEA).

Photographers had to show how they watch the social transformations in Europe, with all the traumas and breaks.

Among the observed communities, Latvia was a special challenge for Linda Bournane Engelberth.

She was born in Oslo in 1977 and she published several series which demonstrate how keen is her view about what is missing in Europe to reduce social inequalities, to bring right answers to the will of youth. But she never insists on any kind of sordid aspects of life. As an example, have a look on the serie about the Roms from Romania living in Oslo (You can call me a gipsy if you want to)

www.lindabournane.com.

The photos exhibited at the Calouste Gulbenkian Center in Paris belong to the serie things come apart.

We publish a few photos here, with the authorization of the artist. We thank her warmly.

One can see (first picture) a young lady, standing near a modest wooden house. The expression in her eyes shows anxiety, interrogation but there is also something strong and resolute. It is the best opening to the theme, and as a matter of fact, it is the cover of the catalogue.

The second photo with the two laughing kids is really notable. They have a totaly normal attitude, in a poor place, with beer bottles in their hands ; but above all it shows how many young people live not only in Latvia but in any country in Europe (and beyond).

On the third photo, we are on a railway station platform. It could have been shot during the Soviet Union era, which shows that it is not so far from nowadays, even if Latvia is now part of the EU !

On the last one, the young lady after shower, on her balcony, looks resigned to her fate as so many people living in blocks, but she also seems to appreciate this moment of rest. How Linda Bournane Engelberth views this person is full of respect, which is the way she usually works.

We may expect to have other photos of Latvia by Linda Bournane Engelberth as she understands the evolution of this country so well and has such friendship for the people.

This entry was posted in Lettonie. Bookmark the permalink.

Comments are closed.