Le Ver à Soie, une nouvelle maison d’édition à l’initiative de Virginie Symaniec

Virginie Symaniec est une personnalité remarquable qu’il serait temps de reconnaître. Elle est à coup sûr la plus compétente observatrice francophone de la réalité Belarus, et a par ailleurs publié le résultat d’une recherche marquante aux éditions Petra : « La construction idéologique slave orientale. Langues, races et nations dans la Russie du XIXe siècle », thèse qui donne des clés pour comprendre la Russie d’aujourd’hui.

Virginie fait aussi montre d’un grand courage. Elle vient de créer une maison d’édition au nom particulièrement poétique, « Le Ver à Soie ». Mais ne nous y trompons pas: ce titre révèle en fait une démarche de conviction et de combat: je cite sa présentation: « Le Ver à Soie a pour originalité de construire son catalogue autour des thèmes du voyage, de la quête et des multiples expériences de l’exil »…. »Le Ver à Soie évoluera prochainement vers la vente de certains ouvrages dématérialisés, en priorité lorsque ces derniers font l’objet d’une censure dans leur pays cible ou d’origine »

Le premier ouvrage disponible est de Angi Mate, Mamou. Il est traduit du hongrois. Il est présenté comme étant un livre sur l’enfance. Fin mai paraitra « Les Esprits moldaves voyagent-ils toujours en bus vers l’Ukraine » de Vala Volkina (ses grands parents étaient biélorusses); illustration de Elza Lacotte.

Pour tout renseignement, ainsi que toute commande, un site peut être consulté: www.leverasoie.com.

Mais nous reviendrons sur cette initiative éditoriale qu’il convient de soutenir.

Tous nos voeux pour que le Ver à Soie vive et prospère longtemps.

This entry was posted in Belarus, Berlin, France, Lettonie, Lituanie, Moldavie, République Tchèque. Bookmark the permalink.

One Response to Le Ver à Soie, une nouvelle maison d’édition à l’initiative de Virginie Symaniec

  1. admin says:

    Merci pour votre message. Je ne suis pas « sectaire », alors, oui les Balkans peuvent tout à fait être incorporés dans les Lumières de l’Est. Le seul problème, je les connais très mal. Mais je reste très ouvert!
    Bien cordialement.