Musique et histoires de Bessarabie: après un concert

Ce 28 février, quelques privilégiés ont pu à Paris faire une plongée dans une partie du passé détruit de la Bessarabie. On doit ce privilège à deux artistes en provenance des Etats-Unis, très exactement de San Diego : la chanteuse Elizabeth Schwartz et le musicien et ethnologue Yale Strom. On aura compris que ces deux artistes recherchent et diffusent les éléments de la culture yiddish – son aspect musical (la musique klezmer) – qui constitua une grande partie de la culture d’immenses territoires à l’est de l’Europe, dont l’ancienne Grande Roumanie.

Pour ce faire, ces deux artistes n’hésitent pas à se rendre sur place pour rencontrer des musiciens qui dans les villages ont pu dans le passé faire résonner leur musique pour accompagner les événements tristes ou heureux. C’est ainsi que restent vivantes des traditions particulièrement émouvantes, accompagnées de témoignages qui nous touchent et rendent compte d’une vie que l’on a trop tendance à oublier.

Je retiens de cette soirée une belle histoire : nos deux musiciens dans un hameau de la Moldavie s’adressent à un Rom très âgé et lui demandent s’il se souvient de musiques juives….A sa réponse indécise sinon négative, Yale Strom réagit par quelques notes de son violon, et petit à petit le visage de son interlocuteur s’éclaire….il se souvient soudain qu’il a joué la mélodie qu’il entend à l’instant lors d’un mariage juif, avec des musiciens juifs….Roms et juifs étaient bien souvent solidaires dans la vie de tous les jours parmi une population plus ou moins hostile, et en tout cas face à des autorités politiques rigoureuses à leur égard….

Il faut entendre la voix profonde d’ Elizabeth Schwartz et le violon virtuose de Yale Strom….Ils savent rendre la caractéristique de la musique klezmer qui allie larmes et sourire. Ils savent aussi faire partager leur émotion en invitant le public à mêler sa voix à la leur.

On doit espérer qu’ils viennent un jour se produire à Chisinau ou Balti….

Gilles Ribardière.

Lumières de l’Est

This entry was posted in France, Moldavie, Non classé. Bookmark the permalink.

One Response to Musique et histoires de Bessarabie: après un concert

  1. Merci millefois pour les mots gentils – nous esperons a retourner a Paris pour un autre concert. Nous tous souhaitons a zisn, gezintn un koyshere Peysekh!