Marie-Odile Wald, membre de l’équipe de direction du Théâtre National de Bretagne nous quitte.

Il est des êtres à qui on voudrait faire entendre les mots que l’on a sur le cœur à leur sujet tant on les estime, mais qui sont partis trop tôt dans l’autre monde. C’est le cas de Marie-Odile Wald.

Au début des années 90 après de nombreuses semaines de rencontres avec de possibles directeurs du Théâtre National de Bretagne, je proposais plus particulièrement au choix des élus François Le Pillouër. C’est lui qui pour le plus grand bien du Théâtre fut désigné. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il serait accompagné d’une discrète collaboratrice, complice devrais-je dire. Ce fut une belle surprise. Son calme et sa compétence ont fait merveille toutes ces années, et il était toujours rassurant de la croiser régulièrement à l’occasion des spectacles, toujours à l’écoute de nos critiques, qui même sévères, ne lui suscitaient aucune réaction vive ou désobligeante. Il y avait au contraire échanges fructueux….et le plus souvent accord.

Grâce à elle, l’accueil dans la grande maison était chaleureux ; on ne s’y sentait pas étranger.

Ces dernières années elle supportait l’épreuve de la maladie avec courage et dignité, sans se départir de son sourire lumineux.

Elle soutenait aussi Lumières de l’Est, raison supplémentaire pour lui dire ici toute notre affection et admiration.

Gilles Ribardière.

This entry was posted in France. Bookmark the permalink.

Comments are closed.