Olivier Py débarqué.

La nomination en son temps d’Olivier Py à la tête de l’Odéon-Théâtre de l’Europe avait été quelque peu sujette à caution. On se souvient que son prédécesseur, Georges Lavaudant n’avait pas été renouvelé de manière plutôt cavalière.

Cela ne justifie en rien le sort dont est victime à présent Olivier Py. Car il est tout bonnement DEBARQUE comme un mal propre.

L’ancien animateur télé, Frédéric Mitterrand, occasionnellement Ministre de la Culture, vient de prendre cette décision qui, à n’en pas douter, va rehausser le prestige culturel de la France. En effet, un lieu référence en Europe, qui a besoin de s’affirmer par un travail fondé sur la continuité, après 4 années, va être confronté aux secousses d’un changement inopiné. Certes le successeur désigné – Luc Bondy – est une figure incontournable des arts de la scène. Mais Olivier Py avait posé les fondements d’une démarche citoyenne qui bénéficiait de l’adhésion du public le plus divers ainsi que de la profession bien au-delà de nos frontières. Un nouveau mandat avait pour vertu de rendre encore plus solide la démarche et d’accentuer le rayonnement de l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

On ne doute pas que Luc Bondy saura donner une âme au théâtre dont il va hériter. Mais son talent aurait sans doute mérité mieux que ce poison empoisonné d’une charge bien mal acquise, qui démontre que les princes qui nous gouvernent n’ont aucune morale, aucun sens de la reconnaissance, aucune vue prospective de ce que doit être un théâtre de dimension européenne.

Certes, aucun directeur n’est propriétaire de l’institution qui lui est confiée, mais ceux qui ont le pouvoir de désignation ont la responsabilité de peser leurs choix et non pas d’agir par à-coups !

Le 2 mai la saison 2011-2012 préparée par Olivier Py sera présentée au public. Nul doute que ce sera une occasion de soutenir haut et fort la victime de l’arbitraire.

Gilles Ribardière

This entry was posted in France. Bookmark the permalink.

Comments are closed.